La Maison Ousmane Sow a vu le jour à Dakar.

La Maison Ousmane Sow a vu le jour à Dakar.

Actualités 24 septembre 2018 Par Komi AGBOGUIN No comment
Un article de Sebastien Jedor

C’est un grand événement. Ce samedi 5 mai, à Dakar, au Sénégal, la maison du sculpteur Ousmane Sow ouvre ses portes au public dans le cadre de la Biennale d’art contemporain Dak’Art (3 mai au 2 juin).

 

Ousmane Sow, ancien kinésithérapeute, a été révélé au public par l’exposition du Pont des Arts, à Paris, en 1999, avec les statues monumentales de la bataille de Little Big Horn. Ses œuvres ont été ensuite exposées dans une vingtaine de lieux dans le monde. Si la matière de ses sculptures reste mystérieuse, la visite de sa maison permettra de mieux connaître le sculpteur sénégalais disparu en décembre 2016. Entretien avec Béatrice Soulé, celle qui fut la compagne de l’artiste.

 

RFI : La maison Ousmane Sow s’appelle Le Sphinx, ce qui n’est pas un nom anodin. Votre mari Ousmane Sow, l’avait-il construite lui-même de ses propres mains ?

 

Béatrice Soulé : Oui. Elle s’appelle Le Sphinx parce qu’à l’époque il avait envie de faire une série sur les Égyptiens. Donc il a fait une préfiguration qu’il n’a pas continuée. Ne me demandez pas pourquoi, je ne sais pas. Mais c’était pour lui une œuvre à part entière qu’il avait entièrement recouverte de sa matière et surtout dont il avait fait les carreaux, qui sont magnifiques, de grands carreaux de couleur, à même la matière de ses sculpteurs à pleines mains.

 

Sa maison était une sculpture.

Voilà, c’est une maison-sculpture en fait. D’ailleurs, il n’y avait pas d’architecte. Il avait fait une maquette et après il avait un entrepreneur et deux maçons et on montait un mur ici, un mur là…

 

Qu’est-ce qu’on va pouvoir voir à l’intérieur de la maison Ousmane Sow ?

Dans la maison, on va voir les séries africaines. Celles qui appartiennent encore à Ousmane, puisqu’elles ne sont pas toutes complètes. Ousmane travaillait par séries. Il y a une série qui est complète, heureusement. Je me suis attachée à ce qu’on ne vende jamais les Peuls, de façon à ce que le groupe reste entier. C’est important d’avoir ce témoignage.

 

Pour lire l’article dans son intégralité cliquez-ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top